Le Bien.

J’ai failli écrire une de ces longues histoires opposant le bien et le mal. J’ai failli écrire une histoire qui ressemble a un des livres de paolo coelho « Le Démon et mademoiselle Prym », qu’on lit impatiemment dans l’attente d’une réponse, parfois un peu trop vite, pour savoir lequel du mal ou du bien va gagner. On tourne alors les pages, sursautant au bruit de chaque feuille, nos yeux sautent de ligne en ligne, la fatigue nous emporte, le sommeil aussi, mais nous continuons a lire, non pas parce que le livre est spécialement passionnant, non pas parce que le style nous plait et que les phrases font rêver mais uniquement dans le but de savoir, juste avant de dormir et pour pouvoir le faire tranquillement, lequel du bien ou du mal va emporter la partie. Puis on arrive a la fin du livre, la dernière page précisément, arrive la dernière ligne, puis le dernier mot. Pas de réponse. Peut-être que j’ai mal compris. Je relis les dernières pages. Je ne peux pas dormir comme ça ! J’avais bien lu, mais cette réponse donnée par l’auteur m’est insuffisante. J’avais besoin de lire quelque chose d’autre, qui n’a pas à être plus optimiste. Simplement différent. Ce que je suis sur le point d’écrire ne ressemblera pas à cette histoire décevante. Ce sera mieux. Je ne sais pas si j’arriverai à vous convaincre. Une chose est certaine, c’est l’histoire d’un des combats entre le bien et le mal. Un des plus vrais combats. Je vous dis tout de suite que le Bien a emporte la bataille, afin que vous ne me lisiez pas impatiemment, et pas trop vite. J’ai remarque que dans ma vie, je n’ai voulu voir que le mal. Alors que l’amour et le bonheur y régnaient, il suffisait qu’un obstacle surgisse, qu’un évènement imprévu apparaisse, pour que le monde devienne noir. Ou du moins gris. J’oubliais de peser les choses, j’oubliais que cette part de malheur ne représentait pas grand-chose face à tout le reste. Une seule personne malhonnête me poussait à être méfiante envers tout le monde, une seule personne menteuse me faisait croire que la vérité n’existe pas. Ou plus. Je me suis même cachée dans la solitude quelques fois, par manque de courage. Il m’était difficile de faire face… à la vie. Aujourd’hui je me demande si l’amour, le bonheur et les autres belles choses de la vie ne méritent pas un risque à prendre. Ne faut-il pas prendre le risque d’être déçu en contrepartie de la simple possibilité de vivre une grande histoire d’amour ? La déception n’est-elle pas surmontable ? Je me suis posée plein de questions de ce genre. Pour nous protéger d’autrui, et même de nous-même, nous pouvons évidemment vivre, un certain moment, « à l’abri » des autres, donc à l’abri de tout ce qui vaut d’être vécu. Ces précautions sont très efficaces, mais ce n’est pas une façon de grandir. En ce qui me concerne, j’ai appris aujourd’hui qu’une personne ne fait pas la règle. J’ai peut-être été déçue d’un cote, mais d’un autre, j’ai compris que le bien l’emportait très facilement. L’amitié et l’amour sont partout dans la vie des gens. Partout. J’ai peut-être perdu du temps, de l’énergie, mais j’ai gagne une vraie amie. J’ai besoin de voir le monde en rose, en blanc, au risque de passer pour une fille très naïve, parce qu’une vraie amitié et une belle histoire d’amour valent mille déceptions. Arrivent la dernière ligne, le dernier mot. Relisez-les. Pour un monde plus beau.

Advertisements

3 Comments

Filed under Uncategorized

3 responses to “Le Bien.

  1. ya rien au monde ki me fai plus plaisir ke de voir des gens optimistes, des gens ki croi ke malgré tout ya tjs du bien dans ce monde injuste et infernal. Y fau malgré tout, avoir confiance dans les autres et etre tjs pret a donner. Continue com ca, et n’oubli pa ke Gustave Flaubert a di : ”il n’y a k’un seul luxe dans ce monde, c celui des relations humaines”. Plus tu investi dans les autres et tu les laisse investir en toi, et plus tu deviens riche, riche en humanité et en amour, pck au fond aimer c etre humain. s…

  2. Quand on ferme sa porte, on la ferme aux meilleurs. Les gens ennuyeux s’arrangent toujours pour la forcer d’une manière ou d’une autre les autres, par contre, n’insistent jamais.J. Giono

  3. s’il arrive un jours ke ton monde devienne gris et sale…j’espere que tu sais que tu peux compter sur moi pour faire l’impossible pour te rendre ce rose et ce blanc auquel tu crois et qui font de toi cette personne extraordinaire que je commence a peine a connaitre…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s