L’investisseur.

Toute relation est un projet. Ce projet se prépare et se réalise – peut-être- à deux. Deux personnes se rencontrent, se regardent, se draguent, se sourient et décident parfois de construire un truc en commun. Elles se parlent alors, rêvent, planifient, prévoient et investissent.
Dans tout couple, chacun investit de son coté et se fait une projection fictive et virtuelle d’un avenir éventuel à deux. Mais il y a toujours un des deux qui donne plus, ressent plus, pense plus, offre plus, sacrifie plus. Car l’équilibre dans un projet pareil est quasiment impossible. Et le déséquilibre, bien sur, toxique.
Etant un projet, une relation amoureuse peut aussi bien réussir qu’échouer. Et le plus souvent, elle échoue. Parce qu’il est très difficile de trouver la bonne personne, au bon moment et rechercher exactement la même chose. Un problème se pose : quand une relation prend fin, lequel des deux est-il le perdant ? Qui gagne ? Peuvent-ils tous les deux gagner ? Perdre ?

Certains diraient que c’est celui qui met un terme à la relation qui gagne. Mais cette affirmation est très fausse. Car parfois, et souvent même, celui qui décide de rompre est plus honnête, plus direct et plus triste. Cette personne-là rompt parce qu’elle a trouvé mieux (ce qui est légitime), parce qu’elle a été trahie, parce qu’elle souffre, ou parce que son conjoint est tout simplement… salaud !
D’autres diraient que c’est celui qui subit la rupture qui gagne puisqu’il ne risque pas de la regretter, comme il n’avait pas de choix à faire.
Est-ce un jeu ? Est-ce un rapport de forces où il y a toujours un coupable et une victime ? Si toute relation est effectivement un projet à deux, et que ce projet échoue puisqu’il prend fin, n’est-ce pas la personne qui a plus investi au départ qui perd ?

Voici, à mon avis, la réponse. L’investisseur est le perdant. Mais qui est l’investisseur ? Comment le reconnaître ? Quel est son profil type ?
J’ai quelques idées désordonnées et maladroites à ce sujet. Car, un jour, je l’ai été. Il apparaît souvent comme celui qui s’en fout, qui ne veut pas vraiment un truc sérieux, qui ne ressent rien et qui est stoïque face aux séductions et tentations diverses mais il est souvent en réalité celui qui s’attache au fur et à mesure, lentement mais sûrement, celui qui offre ses sentiments et qui a trop peur d’être blessé, celui qui se sent trop seul, qui tombe aujourd’hui amoureux mais qui a peur de se laisser aller, qui essaie de freiner pour mieux se protéger, qui essaie de penser à autre chose alors que l’autre envahit ses gestes et ses pensées. Alors il met parfois fin à une relation qui s’avère dangereuse. Aux yeux de tous, il a laissé tomber son conjoint. Il aurait pu passer pour le gagnant. Mais il est le perdant par excellence, puisqu’il a tout donné presque sans le vouloir et que son projet a échoué.

Alors on entend l’un des deux parler de l’avenir pour gagner le présent. On l’entend dire « nous » pour parler de demain, promettre un hiver à la montagne, un été à la plage, une île romantique et une journée au soleil, une soirée parfaite et un voyage au bout du monde. On entend l’autre sourire d’un air passif et rêveur, on l’entend parler d’une façon incertaine et méfiante de l’avenir et oser à peine parler du présent. Le premier parait romantique. Le second froid et sévère. Le premier parle pour parler. Le second est… l’investisseur. Et il perd forcément.

Advertisements

2 Comments

Filed under Uncategorized

2 responses to “L’investisseur.

  1. Il faut savoir distinguer entre une relation en jeune age et une relation de mariage. Dans la premiere, on est jeunes, on veut vivre alors un investissement de long terme dans cette periode de la vie est quasiment impossible mais en meme temps une relation d’amour pendant cet age est importante parce que ca nous apprend la vie a deux, le respect de l’autre, bref ca nous rend plus fort et enfin de compte nous met un bleu au coeur…Pour une relation de mariage, c’est un engagement envers Dieu et envers les maries de se soutenir dans les moments difficiles alors ils feront de leurs impossibles, possible, pour la reussite de la famille. Les deux vont sacrifier en meme temps pour la finalite ultime de passer leur dernier moment de la vie avec celui qu’il aime… Y a pas plus beaux que l’amour meme pas les amis, ni meme une soiree dans une boite chaque nuit… CJ.A

  2. “celui qui offre ses sentiments et qui a trop peur d’être blessé, celui qui se sent trop seul, qui tombe aujourd’hui amoureux mais qui a peur de se laisser aller, qui essaie de freiner pour mieux se protéger, qui essaie de penser à autre chose alors que l’autre envahit ses gestes et ses pensées” je n’ai que trop réflechis la dessu, tellement j’ai vécu ce que tu décris… gagnant? perdant? je ne croi pas que l’amour puisse se terminer de la meme maniere que si ce n’était qu’un jeu… deux histoires qui se rejoingne, meme si ce n’est que pour un moment, ne peuvent pas définnire qui gagne, ou qui perd… et si elles se séparent, ce n’est pas pour autant qu’elles finissent, elles continues: seulement elle le font chacun de leur coté, que ce soit avec d’autre, ou pas.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s