Seule

Seule sans toi… Mais encore plus seule avec les autres. Des moments ridicules rythmés de petits messages qui racontent un verre, une idée, un souvenir, un projet… Des messages parfois doux et parfois violents de jalousie, parfois coquins et parfois possessifs, des messages qui invitent et qui provoquent, qui demandent et qui demandent encore, qui demandent plus et qui demandent loin, qui demandent de quitter les lieux, de venir plus près, de venir tout près, de venir très près quand il est loin le temps du trop près…
Seule sans toi… Mais je sors. Beaucoup même. Je sors pour faire comme si la vie continuait… Je sors pour faire comme si notre couple survivait bien la distance, comme s’il la snobait, comme s’il la provoquait, comme s’il la défiait… Oui, je sors… Surtout pour faire passer le temps et pour plus vite te retrouver… Je regarde autour de moi, je discute, je bois, je ris… Je joue. Je joue bien. Pour cacher une solitude qui a commencé par m’effleurer, qui m’a ensuite pincée et qui a fini par me dévorer…
Et puis seule sans toi… Seule sur une route qui se fait longue. La route de ma maison… Seule pensant à toi. Seule, t’envoyant des messages doux et violents de jalousie… Des messages excessifs en attendant les messages que je préfère, ceux qui s’expriment de vrais gestes et de vrais baisers… Bientôt. Très bientôt.
Je suis seule… Ne sois pas triste que je sorte. Car c’est au milieu des rires hystériques, des pieds qui s’écrasent, des mains qui se touchent, des regards qui se croisent, des sourires qui se mentent, des robes qui volent, des filles ringardes, des mecs salauds, des gens sympas, des autres envieux, des verres qui se touchent, des verres qui se renversent, des bouteilles qui s’ouvrent, de cheveux qui gonflent, de mèches qui se rebellent, d’une musique qui fait de son mieux, des mots sourds, des salutations répétitives, oui c’est au milieu de tout ce cinéma que je décide de partir… Partir pour mieux apprécier une vie qui a décidé de se détacher du faux pour ne garder que ce qu’elle juge de qualité.
Je suis seule car ta présence n’est pas quelconque. Ta présence est la plus présente de toutes celles que j’ai connues. Elle a effacé les précédentes, rendues ridicules les présentes et refuse d’avance toute possibilité de présence future.

Advertisements

7 Comments

Filed under Uncategorized

7 responses to “Seule

  1. non k ,tu n’es pas seule!il est la, avec toi ,a chaque instant, a chaque seconde,priant dieu d’ecourter de longues journees dans l’attente de fermer les yeux et de retrouver cette nuit qui lui permettera de te serrer le temps d’un reve!non k tu n’es pas seule!tu partages ta vie avec un homme qui respire pour toi ,vis pour toi se mutile pour toi et pleure pour toi!!les larmes que tu verses se melent aux siennes pour arroser votre amour,fruit d’une pleiade de sentiments qui je suis sur defieront l’espace et le temps!!alors courage!!

  2. presence… elle prend tout son sens quant c’est a l’absence qu’on doit de savoir qu’elle nous manque. la tienne me manque… meme si je te retrouve ici… mais ai-je encore ma place ici? dit moi, meme si tu ne publira pas ce commentaire,comme les précedents, j’espere que tu le lira… repond moi, s’il te plait… en toute amitié…Chris

  3. la solitude ne doit pa ns fair peur elle est le propre des differents, des superieurs. on doi la venerer car elle ns fortifie, elle ns rend fier dexister mem seul. et toi t’es pa seule en plus, t’as tes idees, tes bouquins, ta fierte, ta marche hautaine, tu es envie tu sais. en dessus tt t’as lamour de celui qe tu as toi meme choisi, il t’aime en retour, et ca cest qelqe choz karen.cest une phase elle passera ,com les petites joies se dissipent, com les deprimes se terminent come la vie entiere coulet’es forte, t’es belle, intelligente et un coeur rempli damour sain tu tsouviens? aprecie ;)T.

  4. “un être vous manque et tout est dépeuplé”…

  5. La solitude est la seule chose que nous ayons tous en commun.Elle est le sol sous nos pieds, sans elle rien n’existe.Paradoxe suprême, la seule chose que nous partageons avec tous est la plus intime, la plus unique.Ne pas confondre avec isolement, qui n’est que l’expression du manque généré par la dépendance.La conscience de notre solitude partagée s’appelle au quotidien la responsabilité, dans la vie ça s’appelle humanité.Bonne route K.Manu

  6. Merci d’etre repasse sur mon site et merci pour ce precieux commentaire.Ca faisait longtemps…

  7. Merci pour ton merci…Il y a des années plus ardues que d’autres, et il m’a fallu du temps avant de revenir à des lieux vivants comme l’est ton blog.Je continue d’apprécier tout ce qui se dégage de la trame de tes écrits, de ton vécu.Un fil lumineux, qui tend au-delà de l’horizon du visible.A plus ou moins bientôt ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s