N.

C’est un amant sauvage qui me construit en même temps qu’il me détruit. En éternel commencement. C’est un amant qui peut parfois me plonger dans la solitude pour ensuite me combler de satisfaction. C’est un amant effervescent qui peut quand même être sombre et silencieux tout à coup. Surtout les nuits d’hiver. C’est un amant que j’adore et que je hais à la fois. Un amant que j’ai envie de découvrir de la peau au plus profond de l’être et que j’ai envie de quitter parfois, pour ne plus jamais lui revenir et le remplacer par quelqu’un de plus stable, monotone, prévisible… Cet amant c’est la ville que j’habite depuis quelque temps…
Londres. Une ville tellement cosmopolite. A chaque coin de rue se cachent une aventure nouvelle, une rencontre hors du commun, une conversation bouleversante, des ennuis, des bonheurs, des ballades ensoleillées dans un parc un après-midi rare de début de printemps ou une course maladroite pour fuir la pluie parce qu’on ne porte jamais de parapluie… C’est une ville où l’on peut se sentir tellement fort quelque fois, surtout quand on descend l’escalier interminable d’une station de métro, qu’on est débout sur la première marche d’en haut et que l’on se sent à la tête du monde et à portée de main de nos rêves les plus irréalistes. Mais c’est aussi une ville où l’on peut se sentir extrêmement seul aussi quand les transports en commun sont en grève, qu’on ne trouve pas un taxi, qu’il fait 0 degré dehors, qu’on porte sa veste légère super sexy mais tellement inutile, qu’il est une heure de matin, qu’on rentre seul et qu’on finit par marcher des heures dans un froid glacial et dans des rues qui dorment très profondément dans le plus profond des silences…
C’est une ville que je partage avec toi. Toi qui la vis comme moi. En dilemme permanent. En toxicomane content. En satisfaction extrême puis chute libre qu’on vit amèrement tout en savourant la douleur…C’est une ville qui nous plonge en plein désespoir pour ensuite nous offrir une porte de secours, une nouvelle chance, une opportunité folle… à celui qui sait les voir. Après des mois de combat, après des batailles dans lesquelles on essaie souvent d’agir en guerrier téméraire mais dans lesquelles on baisse aussi souvent les bras, je te vois. Toi que je connais depuis toujours alors que je n’ai jamais connue pour de vrai. Et au doigt, je remarque ta bague. Celle qui n’a jamais quitté ton doigt et que j’avais aperçue auparavant. Une bague sur laquelle était inscrit le mot « Hope » qui signifie « espoir » en anglais. Et je souris. Tu souris aussi sans vraiment chercher à savoir la chose qui m’amusait… Oui, ca me fit sourire que tu sois toujours optimiste dans cette ville qui nous a quelques fois trahies. Et je comprenais. Je n’avais pas « espoir » sur le doigt. Mais je l’avais comme toi, tatoué sur chaque millimètre de ma peau.

Dedie a N. qui partage le meme amant…

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s