Les grandes personnes

C’était le premier entretien de ma vie. Il fallait faire un CV. Une feuille banale qui prétend résumer, décrire la personne, en donner une idée, détailler le parcours d’une vie, les expériences professionnelles, les diplômes académiques et les activités sociales. Un bout de papier préférablement sur une seule page qui va pouvoir, ou pas, décrocher un job après s’être battu avec d’autres feuilles en format A3.

Un CV est une création de “grandes personnes“. Celles qui, par un calcul simple et rationnelle des exploits intellectuels, de l’âge, de la réputation de l’école, des langues, vont offrir la chance d’un emploi ou la refuser.

C’était mon premier entretien. Et je n’avais jamais imprimé mon CV. Je l’ai envoyé sous forme électronique. Un banquier comme tous les autres, avec rien de particulier digne d’être mentionné, observait mon bout de papier avec le plus grand sérieux. Révoltée, je lui demande ce qu’il a fait avec le reste de la page et pourquoi la seconde partie de la feuille était vide. Il répond simplement que c’est ainsi qu’il l’avait reçue.

C’est alors que je remarquai que mon CV faisait trois lignes, que deux lignes sur trois parlaient de mes passions, et que la première ligne parlait de mon diplôme en droit. Bien sûr, ca ne suffisait pas. Les passions ne font pas partie du calcul. Elles ne sont pas quantifiables. Et peu utiles pour le travail. Je ne pus m’empêcher de penser au petit prince et a ce passage que je comprends tellement que ca me fait mal:

“Si je vous ai raconté ces détails sur l’astéroïde B 612 et si je vous ai confié son numéro, c’est à cause des grandes personnes. Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disent jamais: “Quel est le son de sa voix ? Quels sont les jeux qu’il préfère ? Est-ce qu’il collectionne les papillons ?” Elles vous demandent: “Quel âge a-t-il ? Combien a-t-il de frères ? Combien pèse-t-il ? Combien gagne son père ?” Alors seulement elles croient le connaître. Si vous dites aux grandes personnes: “J’ai vu une belle maison en briques roses, avec des géraniums aux fenêtres et des colombes sur le toit…” elles ne parviennent pas à s’imaginer cette maison. Il faut leur dire: “J’ai vu une maison de cent mille francs.” Alors elles s’écrient: “Comme c’est joli !” Elles sont comme ça. Il ne faut pas leur en vouloir. Les enfants doivent être très indulgents envers les grandes personnes.“

Alors j’essaie d’être indulgente. Même si je préfère les géraniums, leur couleur, leur parfum et la saison qui les accueille… à cent mille francs. Et jamais les grandes personnes aux enfants.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s