Feuilleton Turc

9 heures du matin. Novembre. Ce matin j’ai officiellement declare l’arrivee de l’hiver. Jusque la, mon manteau faux-vintage, mes gants et mon bonnet refusaient de se deplacer au pretexte que c’est une journee froide de passage. Mais au bout de 15 journees glaciales consecutives, la verite, difficile a avaler, s’est imposee.

9 heures du matin. Je ne veux rien faire a part boire mon cafe et lire le journal libanais en ligne. Mais ma collegue ne manque jamais de venir me voir pour me raconter son cauchemar de la veille.

Et ce jour la est particulierement malchanceux. Car apres qu’elle m’ait decrit son cauchemar, dans les moindres petits details, elle a continue par me raconter les peripeties du feuilleton turc qu’elle suit depuis quelques mois. Je fais preuve d’un pouvoir de concentration surhumain pour survivre son reve, ses bras qui font une brasse dans le noir de la nuit, une nage dans le ciel qu’elle n’arrivait pas a interpreter. Elle demande mon avis mais franchement, des reves je n’en fais pas, et je n’ai pas de diplome en psychologie. Ensuite elle me parle d’un viol, d’un mariage, d’adultere et de violence sur ecran …

Elle en parle comme si les protagonistes existaient en realite, comme si le feuilleton racontait une vie et comme si les evenements de ce feuilleton turc la revoltaient vraiment. Moi, je m’en fous. Mais j’ecoute. Parce que mon coeur ne peut qu’etre touche par cette femme de cinquante cinq ans qui rentre chaque soir chez elle, se retrouver seule, regarder la tele (etrangere en plus) et manger exactement la meme chose que la veille.

Je souris, j’ecoute, je commente, je reagis. Parce que je ne peux que sympathiser avec ce personnage. Et au fond de mon coeur, en retenant mes mots pour qu’ils restent muets et discrets, je me fais une promesse que jamais jamais je ne regarderai des feuilletons. Parce que je ferai en sorte que ma vie a moi, dans ses betises et ses contradictions, dans ses faiblesses et ses faux-semblants, dans ses reves et ses passions, dans ses amours et ses deceptions, dans ses promesses et ses trahisons, soit le plus turc des feuilletons.

Nb: Veuillez bien excuser le manque de ponctuation. Ce message a ete ecrit dans une station.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s