Judith

Aéroport de New York. Je m’assois au bar. Rien ne presse. Trente minutes à perdre et cela tombe bien. J’aime boire.

Judith travaille au bar. Notre conversation a commence quand elle a demande, afin de pouvoir me servir mon verre de vin, une carte d’identité. Qu’elle doute de mon âge m’a extasiée. Je me hâtai de la remercier. Elle trouva cela drole. Et de la, nos mots se sont précipités.

Elle me raconta sa vie. Ses enfants. Ses petits-enfants. Et elle a a peine quarante ans. Elle me confia qu’elle passait quatre heures de trajet par jour. Mais qu’elle ne se plaignait pas. Parce qu’elle en profitait. Pour ecrire.

Mes yeux s’écarquillèrent aussitôt. Je crois. Je l’avais senti, qu’elle avait quelque chose a raconter. Et que j’aime ecrire aussi devait nous rapprocher.

Tandis que je parlais, lui racontant ma vie à Londres, mon enfance au Liban, et l’entre-deux, elle, me regardait, la lumière aux yeux. De ce regard qui vient troubler, qui traverse la rétine de l’œil et qui s’incruste au tres profond pour lire les secrets.

Je vérifie l’heure et j’accours pour attraper mon vol. Je les rate cinq fois sur six, je devrai me dépêcher. Je dis au revoir et je m’en vais.

De mon voyage je sais … Que je garderai cette image de ce moment anodin avec cette femme. Je n’oublierai pas Judith, ni sa belle âme. Et j’aurai du mal à expliquer pourquoi. Il y a des choses qui troublent. Et d’autres pas.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s