Mes mains

ImageLes mains ne se ressemblent pas. Les mains des gens, bien sûr. Mais celles appartenant à une seule et même personne aussi. Si j’en suis certaine, c’est que j’ai fait ma petite recherche. Surtout chez l’esthéticienne. J’ai souvent glissé mon regard sur les mains des autres afin de les comparer. Pour un but scientifique pur. Bien sûr.

Personnellement, mes mains ne se ressemblent pas du tout. Tant dis que ma main gauche s’allonge maigre, longue, blanche, élégante, hautaine et paresseuse, ma main droite, elle, est au boulot. Les doigts de ma main droite sont légèrement tordus par des années d’écriture, d’exposés sur papier canson, d’examens de droit qui s’étalaient sur plusieurs heures, de prises de notes rapides dont dépendait la vie, de croquis ratés sur un bloc note de wanna-be-artiste, de mots d’amour gribouillés sur des post it fluo, de lettres interminables écrites sur du papier léger finalement jamais envoyées.

Les bagues sur ma main gauche flottent, en quelque sorte. Elles bougent sans cesse menaçant ainsi et à chaque instant, de partir et de rompre à jamais avec cette main inutile qui ne se soucie que d’être belle. Les bagues rentrent difficilement autour de mes doigts droits. Il faut les forcer. Parfois avec du savon. Et quand sur place, elles risquent d’êtres emprisonnés à jamais. Les bagues ne quittent pas ma main droite. Elles ne peuvent pas.

Ma main gauche est douce de paresse et adoucie par des crèmes aux parfums de noix de coco, de vanille, d’huile d’argan. Elle est unicolore. Ma main droite, elle, est desséchée par des produits de vaisselle, marquée par des brûlures de four diverses, et par une petite tache de naissance sur le poignet. Le vernis sur mes ongles gauches reste brillant et parfait alors que sur mes ongles droits, il s’abîme et s’écaille aussitôt mis.

Ma main gauche est faible et maladroite. Elle ne sait pas bouger et pose, bête, sur mon genou gauche. Ma main droite est forte d’avoir souvent ouvert des bocaux de confiture et des bouteilles de vin. Elle s’est levée pour prendre la parole, elle a envoyé des textos, elle a caressé, accusé du doigt, dit non. Elle a serré des mains, giflé une ou deux fois, caché des dents qui rient, balayé des larmes de tristesse ou de joie. Pendant tout ce temps, la main gauche, elle, ne se montrait pas.

Ma main gauche n’a pas connu des adieux. Elle s’est à chaque fois, lâche, cachée en boule dans la poche d’un manteau sombre prétendant être occupée à la tâche quand ma main droite, malgré elle, s’agitait sur le quai d’une gare et acceptait, une fois de plus, un départ.

Elle est belle ma main gauche. Elle est parfaite. Mais elle ne sait rien de la vie… C’est à ma main droite que je veux ressembler. Tant pis pour le vernis.

Advertisements

1 Comment

Filed under Goodbyes, Life, Love, Relationships

One response to “Mes mains

  1. I thought you were also mentioning “Parle a ma main” de Yelle; Es que tu connais la chanson…?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s