What a show off !

Image

I never liked people who show off. I unfortunately grew up in a part of the world that excels at it.

I don’t give a sh** what brand you wear. What car you drive. What clubs you are a member of. What bottle of vodka you order when you act silly after midnight. Where you spend your augusts. My first car was a kia. My second too (after I crashed the first one near the Casino du Liban before a final). My favourite jeans are from Gap. Gap makes good white t-shirts too. I buy my flats from Zara. And I wait for the sales to buy good quality boots. And this will not change – I promise – when I eventually make it big (and I will). Because I’d hate to invest in a lie.

However, I surprised myself recently envying a certain show off. It was over dinner somewhere in London. And everybody was a show off. Everybody wanted to brag: what play they had seen. What artist they admired. What book they thought was rubbish.

And their show off did not turn me off.

I wish us, Arabs, showed off like this.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Uncategorized

Ponctuation

ImageJ’ai passé les trois dernières semaines à ponctuer un manuscrit. Le travail consiste à trouver la petite bête: la majuscule déplacée, la virgule en trop/moins, les guillemets qui se ferment oubliant un point d’exclamation furieux à l’extérieur !, le mot étranger non italisé, les points de suspension fâchés qui se séparent.  ..

La tâche me sembla d’un premier abord d’un facile ridicule et vint perturber des années d’études sérieuses qui se sentirent soudain comme superflues.

Continue reading

Leave a comment

Filed under Uncategorized

What is it ?

friends-fingers

I’ve always tried to point out that one particularity that attracts me to people. I’ve tried putting down lists of the things I liked most in my preferred members of the family, closest friends, boyfriends, colleagues. But the task proved impossible. Nothing seemed to link them. Their age varies between 20 and 95. The colour of their hair ranges from charcoal to white. The sound of their voice from weak to powerful. Some of them I met in my hometown, Beirut. Others during my voyages, in Paris, in London, in Sri Lanka, in New York. Some I met while sun bathing on a Lebanese beach. Others while studying Law in the city. Some have achieved a high level of education. Others only speak their mother tongue. Some are rich and (kind of) famous. Others enjoy a modest life and an intimate circle of friends. Some are men. Some are women. Some have married, had children, grand children. Some chose to live a free, careless, adventurous life. Some I loved from the first contact. Others grew on me with time. Some have helped me find my way. Others I tried to help in my own way. With some I discussed serious, deep, heavy matters. With others I have enjoyed that odd beer on a rainy terrace. Some I lost touch with. Some others I speak to  every once in a while. Some I only saw once. I always think of those people. Those who are very special to my heart. Those who make life worth living. Those who manage to delete all its sorrow and pain. I’ve always tried to understand what it is about them that is so special. What is it about them that makes them so beautiful, regardless of age, height, weight?

I guess it is soul.

Leave a comment

Filed under bonds, Dream, Family, Friends, fun, growing up, Lebanon, Life, links, London, Love, Memories, people, Relationships, soul

Noël à London

tumblr_lwolwnmZEW1r4cwbko1_500

Il y a des pays qu’on quitte à Noel. D’autres qu’on retrouve. J’ai passé tous les Noëls de ma vie à Beyrouth dans la maison de mes parents. Les invités étaient toujours les mêmes. Le décor, inchangé : la cheminée, la nappe rouge brodée de sapins verts, le sapin rouge et doré, la crèche préparée par ma sœur et ma mère et à laquelle je n’avais pas le droit de toucher de peur que je ne fasse tout tomber, les plantes de Noël, les ronds de serviettes en fer forgé, les perles de pluie en cristal éparpillées sur la table… Le menu aussi était le même, chaque année. Il consistait essentiellement de trésors gustatifs rassemblés par mon père lors de ses voyages et de plats traditionnels succulents préparés par ma mère. J’aurais pu être à Paris ou Londres ou dans un pays tiers quelconque, cela n’avait aucune importance. Il fallait être à la maison le  24 Décembre. Date sacrée. Pourtant, il y eut des obstacles. Souvent. Une tempête de neige retardant mon vol. Un collègue plus senior qui voulait lui aussi prendre des vacances à Noel et me refusait le congé. Un rhume atroce. Aucune importance. J’ai toujours, toujours, réussi à être au rendez-vous.

Continue reading

Leave a comment

Filed under Christmas, Family, Fathers, Food, Friends, Lebanon, Life, London, Love, Memories, Relationships

Mes mains

ImageLes mains ne se ressemblent pas. Les mains des gens, bien sûr. Mais celles appartenant à une seule et même personne aussi. Si j’en suis certaine, c’est que j’ai fait ma petite recherche. Surtout chez l’esthéticienne. J’ai souvent glissé mon regard sur les mains des autres afin de les comparer. Pour un but scientifique pur. Bien sûr.

Personnellement, mes mains ne se ressemblent pas du tout. Tant dis que ma main gauche s’allonge maigre, longue, blanche, élégante, hautaine et paresseuse, ma main droite, elle, est au boulot. Les doigts de ma main droite sont légèrement tordus par des années d’écriture, d’exposés sur papier canson, d’examens de droit qui s’étalaient sur plusieurs heures, de prises de notes rapides dont dépendait la vie, de croquis ratés sur un bloc note de wanna-be-artiste, de mots d’amour gribouillés sur des post it fluo, de lettres interminables écrites sur du papier léger finalement jamais envoyées.

Continue reading

1 Comment

Filed under Goodbyes, Life, Love, Relationships

Seul

ImageJ’ai toujours voulu être libre. Mais la liberté est un concept difficile à comprendre. Libre de qui et de quoi ? Libre comment, et pourquoi ? Libre des parents, des mecs, des copines, des bancs de l’école, de ceux de la fac, du boss, des calories, du boyfriend macho ? Gagner son argent de poche, son salaire, payer son loyer, sortir après minuit, rentrer au petit matin, ou pas, claquer la porte de la maison, peindre un mur en marron, insulter ses collègues, partir seul au Mexique, faire son linge, dormir le jour, se réveiller la nuit, ou pas, croire en tout, en rien, en quelque chose de ridicule, exprimer ses pensées sans craindre les conséquences, s’affranchir des clichés ? Le problème de la liberté, c’est qu’elle glisse. Plus l’on croit s’en rapprocher, et plus elle s’éloigne. Et puis elle se confond tellement bien avec la solitude. Il est facile d’être libre quand on est seul. Le plus difficile reste à trouver et sauvegarder sa liberté quand (trop) entouré. Il ne faut pas confondre seul et libre. Etre libre, c’est bien. Etre seul, moins.

1 Comment

Filed under freedom, growing up, Life, loneliness, Love

Les signes

Plume

Il y a des phases d’infertilité littéraire. Ce sont les phases d’infertilité tout court. Ces jours où l’on perd l’envie de faire toutes les choses autrefois aimées. On perd l’intérêt. De manger une tarte aux framboises acides saupoudrée de sucre glace. De se regarder dans la glace. De boire un verre en terrasse. De parler à ses anciens copains de classe. De conduire dans la nuit, d’écouter Patricia Kaas. De sentir le vent nous caresser la face.

Continue reading

5 Comments

Filed under Family, Fathers, Food, Friends, Lebanon, Love, Memories, Relationships